Friday, October 30, 2009

V.A. – Folk Pirate

V.A. – Folk Pirate – 1975



01-La two step à Phléo Fontaine
Phléo Fontaine : violon
Pierre Bensusan : guitare


02-Big Ben's tune
Pierre Bensusan : guitare

03-All hid-Don't let your deal go down
Cindy Musgrove : autoharp, chant
Alain Beaussant : guitare
François Vercambre : banjo


04-Rusty harp
Yan Samson : guimbarde

05-Mama Rosine
Philippe Rambaud : violon, chant
Daniel Chapy : cuillières, chant

06-Devil's dream-Sailor's hornpipe
Michel Legoubé : dulcimer
Daniel Olivier : guitare


07-Sixième droite
Jean-Jacques Milteau : harmonica

08-Madame Bosso
Allie J. Young : accordéon
Bessyl Duhon : violon
Rodney Balfa : guitare
Gérard Dôle : chant


09-Hot burrito breakdown
Bluesgrass long Distance :
Mick Larie : mandoline
Jean-Marie Redon : banjo
Claire Liret : violon
Christian Poidevin : guitare
Hervé de Sainte Foy : contrebasse


10-Plus tu tournes, plus moi j't'aime
Michel Hindenoch : violon, chant
Etienne Sommer : guitare


11-Chew croot special
François Vercambre : banjo
Laurent Vercambre : guitare
Dominique Dumont : contrebasse

12-Hello baby blues
Alain Giroux : guitare

13-Happiest day's to all/Ella's grave/Rag for Betty
Jean-Paul Gripon : autoharp

14-Tit monde
Allie J. Young : accordéon, chant
Bessyl Duhon : violon
Rodney Balfa : guitare



"Peut-être vivons nous actuellement sans trop nous en rendre compte, l'âge d’or du Folk, période charnière où notre musique est définitivement sortie de l’ombre, et n’est pas encore (trop) récupérée par les marchands de soupe à musique.
Si l’on n’y prend garde, le folk est condamné, dans des temps tout proches, à un débouché tristement commercial, et je vois déjà d’un œil féroce, les mutilations que devrait subir le Cajun, par exemple, pour s’intégrer comme ersatz supplémentaire dans les supermarchés.
La réaction doit être prompte, venir de l’intérieur, des musiciens eux-mêmes, et conduire à une autogestion.Ce n’est pas une utopie, nous sommes très nombreux, présents partout : ainsi cette année, le Krazy Kajun, partout où il a tourné, a rencontré des folkeux qui se livraient avec acharnement à l’agitation musicale, secouant de leur torpeur, des gens que la musique « d’ameublement » avait conformisés, sécurisés, abrutis.
Les galères musicales ont eu raison de bien des musiciens, de bien des groupes, mais le Folk est l'hydre de la légende, coupez lui la tête, elle repousse sur l’instant.
Les show-buisemesseux pointent aujourd'hui leur vilain nez dans les Folk-Clubs et font en ricanant de rapides calculs de probabilité fructueux. Nul doute qu’ils veuillent aussi nous imposer leurs vieilles recettes à succès, leurs vieilles ficelles débiles mais lucratives.
Refusons net et réagissons vite, très vite. Il est plus que temps !
Maintenant, j’aimerais vous dire que cet album a été réalisé avec amour, sans aucun but commercial. Y ont participé des musiciens dont je sais avoir l’amitié, qui sont venus, libres de choix et de la durée de leurs morceaux, le seul fil conducteur était d’offrir un reflet des musiques traditionnelles du continent Américain. Tous ne sont pas là, tant s’en faut, mais c’est un si petit bout de temps un disque… Espérons-en une suite qui en réunira bien d’autres.
Vous n’entendrez malheureusement pas ici le piétinement des danseurs ou les rires et les cris d’une foule, mais vous ne trouverez pas non plus l’ambiance glaciale des morgues d’enregistrement, où seul un certain « professionnalisme » sauve la qualité du « produit ».
La prise de son s’est faite à la coule, là-haut dans ma piaule du quartier latin, avec les toits gris bleus et le ciel tout pareil pour décor. Le vin et la bière ont réchauffé les murs blanchis, et le montage – une montagne de petits bouts de ruban magnétique – a longtemps obscurci les carreaux rouges et blancs de ma table de cuisine.
Enfin, je voudrais dédier ce disque à mon cher et vieux papa René, qui m’a construit de ses mains quand j’étais petiot, mon premier instrument de musique, et m’a emmené à cheval sur ses épaules partout où l’on pouvait en entendre.

Faites l’amour et la belle musique
Et laissez le bon temps rouler
Paris ce dimanche 8 juin 1975
Gérard Dôle"


DL

Labels:

1 Comments:

Blogger Franck de Paris said...

I discover that only today: an inestimable jewel, fruit of the friendship and the joy of folk musician gathered in Paris (among them, great musicians like Bensusan or Milteau, plus one of the Balfa!), recording all that in a student room in Paris student quarter.

The result is 45mn of "pirated" joy.

10000 thanks! :-)

21 September, 2010 05:36  

Post a Comment

<< Home

2006 - - - - - - 6 7 8 9 10 11 12
2007 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
2008 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
2009 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
2010 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
2011 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
LET'S GO TO "ANOTHER" BLOG